La technologie d’impression 3d consiste à fabriquer des structures et des objets en trois dimensions. On parle plus précisément de la technique de fabrication additive qui s’oppose aux méthodes dites soustractives telles que le fraisage CNC. A ce sujet, un tas de technologies existe sur le marché de l’impression 3D et il y en a qui sont encore en cours de développement. En effet, chaque technologie utilise des matériaux différents en passant par le filament plastique en bobine, la poudre ou encore la résine liquide dite photosensible. Pour comprendre l’utilisation des diverses technologies en industrie, un petit guide s’impose.

L’extrusion ou dépôt de filament en plastique fondu

La technique la plus répandue est l’extrusion qu’on utilise avec un filament plastique comme l’ABS ou le PLA. Ce filament est chauffé puis fondu au niveau de la tête d’impression pour ressortir par une fine buse. Ensuite, l’extrudeur fait des mouvements horizontaux suivant deux axes X et Y, en parallèle avec le déplacement de la plateforme d’impression 3d sur l’axe vertical Z pour former des pièces plastiques, excepté avec des imprimantes 3D delta où on a un lit d’impression fixe. La qualité et la précision du résultat varient selon l’épaisseur d’une couche minimale que l’imprimante offre. On connait aussi l’impression 3d qui se fait par dépôt d’énergie directe qui est une technique avancée spécialement utilisée par certaines imprimantes industrielles. Cette technologie s’emploie avec du matériau céramique ou du polymère mais surtout avec de la poudre de métal.

La technique de photopolymérisation avec la résine liquide

Le processus de photopolymérisation est la base de l’imprimante 3D à résine qui emploie les technologies DLP ou SLA. Couche par couche, la source de lumière (projecteur ou laser) polymérise, c’est-à-dire solidifie, la résine photosensible que contient le réservoir. La résine utilisée va se solidifier quand elle est exposée à des rayons lumineux. De part son nom, la stéréolithographie laser emploie un laser qui, point par point, condense la résine. Quant à la stéréolithographie utilisant la projection de lumière (LCD, DLP, MSLA), elle peut en une seule fois solidifier en entier des couches. Si l’on veut imprimer un objet qui nécessite une très haute révolution d’impression, qui possède des détails fins et qui requiert un aspect lisse au niveau de la surface, il est recommandé d’opter pour des imprimantes 3D DLP ou SLA.

L’impression 3D par la fusion de poudre

De nombreuses machines industrielles exploitent des matériaux en poudre comme consommable. Les technologies correspondantes sont principalement la fusion laser et le frittage sélectif par laser. La fusion laser est une technique qui passe par la fusion de particules en poudre en parallèle avec le frittage par laser afin de donner un objet solide. La technique du frittage sélectif quant à elle utilise bien évidemment un laser qui va fritter le matériau en poudre. En fait, le laser dégage une énergie qui permet l’agglomération des grains de poudre entre eux en formant des structures solides. Mais à part cela, la fabrication de pièces directement fonctionnelles ou le prototypage rapide emploient également les techniques ayant comme consommable les matériaux en poudre.

Discuter sur les avantages et les inconvénients du bureau à domicile, également connu sous le nom de travail intelligent, semble souvent tourner en rond sans aboutir à quoi que ce soit. D’une part, il s’agit d’une simple évaluation pratique, mais d’autre part, divers facteurs psychologiques entrent en jeu et peuvent avoir une influence décisive sur les résultats du travail d’un professionnel. Bien entendu, le fait de ne pas devoir se rendre physiquement au bureau vous permet d’économiser sur les frais de transport et, si vous êtes indépendant, également sur les frais de location. Mais le télétravail n’est pas toujours la solution idéale, voici pourquoi il est préférable de garder un bureau dans l’entreprise, même si ce n’est que quelques jours par semaines.

1. Isolement social

L’un des inconvénients majeurs du travail à domicile est l’isolement social. Les travailleurs à domicile peuvent facilement se retrouver isolés du monde extérieur, ce qui peut entraîner une diminution de leur productivité et une augmentation de leur stress. De plus, sans la structure d’un horaire de travail normal, il peut être difficile de s’organiser et de rester motivé. Les travailleurs à domicile peuvent aussi avoir du mal à définir une limite entre leur vie professionnelle et leur vie personnelle. Sans une séparation claire entre les deux, il peut être facile de se laisser absorber par le travail et de négliger sa vie personnelle. Les entreprises évoluent et développe des espaces de travail plus ergonomiques. Ils font appel à des sociétés spécialisées en aménagement de bureaux pour permettre a chacun de revenir au travail dans les meilleures conditions.

2. Dépenses cachées

Certes, vous économiserez sur l’essence ou les abonnements aux transports publics, ce qui, dans certaines villes, vous permet de garder des sommes considérables dans votre poche, mais vous devrez également faire face à certaines dépenses que ceux qui se rendent au bureau tous les jours peuvent économiser. Vous savez quand la technologie se mutine, qu’un crash soudain mange toutes vos données non sauvegardées, que votre écran se fige, que votre routeur craque ? Pour tous ces problèmes, il n’y aura pas de responsable informatique à appeler. Un gel soudain de l’écran ne se transformera pas en une pause café supplémentaire pendant que vous attendez que le technicien appelé par votre patron répare les choses aux frais de quelqu’un d’autre. Le problème sera le vôtre, et vous devrez le résoudre ou payer quelqu’un pour le faire. Pour vous protéger, surtout si vous êtes indépendant, vous finirez probablement par louer ou souscrire à un programme de service payant, mais dans tous les cas, il s’agit d’une dépense dont vous devrez tenir compte dans votre budget global.

3. Droit à la déconnexion

Comment peut-on être exploité en travaillant seul chez soi ? Simple, car on est souvent les premiers à sous-estimer son travail. Un problème très ressenti par les freelances est celui du devis de leurs services. Ce n’est pas un hasard si le web regorge de listes de prix idéales pour tous les types de services, des traductions à la conception de sites web. Souvent, surtout pour être compétitif sur le marché, vous êtes tenté d’offrir vos services légèrement en dessous du prix moyen, afin d’acquérir plus de clients, en comptant sur le fait que vous pourrez consacrer au travail tout le temps gagné en ne prenant pas le bus. Vous pouvez diviser les honoraires convenus pour un travail avec les heures que vous avez passées à le faire. Il est statistiquement probable que le résultat se situe entre 3,5 et 5 € par heure, soit moins d’un tiers de ce que devrait coûter le travail d’un professionnel. Cela signifie que pour maintenir un style de vie décent, vous devrez sacrifier vos week-ends, vos nuits et tout votre temps libre supposé. Si demander une rémunération équitable et une éventuelle augmentation est une difficulté insurmontable pour vous, oubliez-la.

4. Distractions à l’affût

Si vous avez l’impression qu’avoir un bureau à domicile signifie travailler quand vous en avez envie, vous faites fausse route. Avoir un bureau à domicile signifie travailler autant, voire plus. Les enfants, les animaux, les voisins sont des éléments perturbateurs. Pour décider si le bureau à domicile est fait pour vous, il n’y a pas d’alternative à une analyse saine et sincère de vous-même, de vos inclinations et de vos capacités. Si vous n’avez pas la possibilité de vous ménager un espace de travail séparé du reste de votre vie quotidienne, ne le faites pas. Si vous souffrez de solitude, ne le faites pas. Vous devrez toujours interagir avec quelqu’un : clients, consommateurs, collaborateurs et les êtres humains peuvent être tout aussi ennuyeux par Skype qu’en personne : vous n’avez aucune chance. Si, en revanche, vous disposez d’un coin tranquille où vous réfugier, d’une protection adéquate contre les pannes d’ordinateur et de la possibilité de vous remettre dans le droit chemin lorsque vous êtes tenté de vous laisser distraire, alors l’expérience du bureau à domicile pourrait être la plus enrichissante de votre vie professionnelle.

Actuellement, vous pouvez contacter des professionnels à distance pour vous aider à résoudre les problèmes qui sont liés à votre imprimante. Quel que soit votre localisation en France, il est facile d’entrer en contact rapidement avec des spécialistes de la réparation de l’imprimante grâce à Internet. Si vous rencontrez des difficultés, le prestataire peut se déplacer chez vous pour résoudre votre problème. Le diagnostic et la réparation peut être possible en faisant une consultation en ligne. Comment faire pour résoudre les problèmes qui sont liés à votre imprimante ? Quels conseils pour la réparation de votre imprimante ? A qui se tourner pour réparer une imprimante ?

Pourquoi faire appel à des professionnels pour la réparation d’une imprimante ?

En ligne, il est possible de trouver un bon réparateur d’imprimante. La réparation imprimante peut se faire par l’aide des professionnels qualifiés. Afin d’éviter les grands déplacements, il est préférable de faire appel aux professionnels qui se trouvent près de chez vous par exemple, un réparateur imprimante à Toulouse. Pour réparer les matériels d’impression, il n’est plus nécessaire de déplacer la machine. Les professionnels peuvent se déplacer ou peuvent vous conseiller à distance afin de résoudre vos problèmes. Les prestataires spécialisés possèdent le savoir-faire pour vous aider dans la résoudre les handicaps qui sont liés à la panne de votre outil d’impression. Les services en ligne proposent des services rapide et efficace pour réparer votre matériel d’impression. Les techniciens possèdent des connaissances qualifiés pour répondre aux demandes urgents de leur client. Les pannes d’imprimante peuvent parfois retarder vos travaux. Quel que soit le modèle et la marque de la machine, ils peuvent intervenir rapidement à la réparation de l’appareil pour impression. Les spécialistes peuvent intervenir en moins de 24 heures. Normalement, ils ont des personnels qui peuvent assurer les urgences. Faites appel à des entreprises qui possèdent les expériences et les compétences pour la réparation de votre imprimante.

Comment faire pour contacter les professionnels ?

Pour réparer une imprimante, il est possible de transporter la machine directement chez le professionnel. Vous pouvez faire appel à un transporteur pour assurer le transport de la machine. Une fois que l’imprimante a été réparé, ils réexpédieront l’appareil. Vous pouvez également demander un devis en ligne pour avoir le prix approximatif à payer pour la réparation de votre imprimante. En cas d’urgence, il est possible d’intervenir rapidement. Les détails qui sont liés au coût de la prestation peuvent être communiqué à distance par mail ou par appel. Il est possible de directement entrer en contact avec les prestataires sur les réseaux sociaux. Il est nécessaire de communiquer quelques informations à l’avance (comme le nom et les coordonnées de l’entreprise, la marque et le modèle de la panne ou la description du type de panne) pour assurer la réparation de l’imprimante. S’il ne s’agit pas d’urgence, les spécialistes pourront répondre au moins de 48 heures. Les problèmes qui sont liés aux imprimantes sont la vitesse d’impression, les défauts d’impression, les qualités d’impression, les bourrages papier et autres. Il existe des conseils simples et pratique pour éviter les problèmes qui sont liés aux pannes des machines imprimantes.

Quels sont les conseils pour éviter de nuire aux imprimantes ?

Pour éviter de faire appel à réparateur d’imprimante, il faut savoir entretenir sa machine. La connaissance de certaine astuce peut limiter les pannes. Il faut respecter le niveau de feuille sur le bac à papier afin d’éviter les bourrages de papier. L’utilisation des supports de l’imprimante peut aider à éviter les défauts d’impression. Pour éviter les bandes verticales et les bandes horizontales, il faut éviter d’imprimer sur les papiers endommagés. La sélection de papier doit correspondre aux paramètres d’impression. Pour éviter les problèmes d’alignement, il faut respecter le sens d’introduction des feuilles. Il est important de respecter le temps de pause ou de séchage de l’impression avant de les utiliser. Evitez de toucher les parties qui ont été imprimé et n’utilisez que les cartouches d’ancres qui correspondent à la marque de votre imprimante. Pour éviter les couleurs incorrectes, il faut nettoyer les têtes d’impression et il faut assurer que les cartouches d’encre soient bien installées. Une imprimante doit être placé sur une surface stable pour assurer la qualité de la page à imprimer. Pour éviter la réparation de l’imprimante, il est important d’entretenir sa machine.

Quelles sont les informations importantes à connaître ?

En France, vous pouvez faire appel à des professionnels pour la réparation d’imprimante à Toulouse. Les particuliers et les professionnels peuvent bénéficier des professionnels en ligne pour les aider à résoudre les pannes. Pour éviter d’augmenter les dégâts, éviter de réparer votre imprimante si vous ne disposez pas de connaissance en réparation d’imprimante. Sur Internet, vous pouvez choisir l’entreprise qui se chargera de la réparation de votre appareil. Faites des comparaisons des prix sur des sites de comparateur de prix. Vous pouvez également lire et prendre en compte les avis des internautes avant de choisir la société qui se chargera de la réparation de l’appareil. Les problèmes spécifiques peuvent également être résolus par les professionnels. Le prix de réparation de l’imprimante va dépendre de l’ampleur du dégât. Les spécialistes de la réparation de l’imprimante sont des personnes qui ont fait des études approfondies sur l’appareil. N’hésitez pas à demander des informations auprès des professionnels avant de faire appel à leur service. Sachez que ses informations sont données à titre informatif. Pour plus de détails, veuillez-vous informer sur des sites spécialisés. Chaque entreprise doit avoir une entreprise qui se charge de régler les problèmes qui sont liés aux pannes et aux problèmes de leur imprimante. 

Réduire la consommation d’énergie dans les bâtiments, c’est l’assurance de diminuer la facture d’énergie et de réduire l’empreinte carbone en limitant les gaz à effet de serre. Réduire la consommation d’énergie c’est également apporter plus de valeur ajoutée au bien immobilier. Par contre les gestionnaires de bien immobilier n’ont pas toujours de budget suffisant pour réaliser des travaux afin de réduire la consommation d’énergie dans les bâtiments, pourtant il existe des actions à entreprendre permettant d’atteindre cet objectif : diagnostiquer les bâtiments, réaliser des travaux d’isolation et privilégier les énergies renouvelables et l’éclairage à basse consommation.

Faire un diagnostic de performance des bâtiments

 C’est la première étape à mettre en place pour la réduction de la consommation d’énergie des bâtiments. Mais, comment faire le diagnostic des bâtiments ? Vous avez deux solutions : soit, vous réalisez un diagnostic de performance énergétique (DPE), soit un audit énergétique. Tous deux permettent d’estimer la consommation énergétique des bâtiments et les émissions de gaz à effet de serre et de mener des actions à entreprendre pour réduire la consommation d’énergie liée aux équipements. Le DPE ou l’audit énergétique a pour objectif d’inciter le propriétaire à améliorer la performance énergétique de son bâtiment, par exemple le bâtiment intelligent pour une meilleure gestion de l’énergie. Le propriétaire peut améliorer le confort des occupants et économiser de l’énergie en appliquant la gestion adaptive du chauffage. Cette solution de rénovation permet de réduire les dépenses énergétiques de 15 % à 20 %. Visitez le site hxperience.com pour avoir plus de détails sur les différentes solutions de rénovation permettant de réduire la consommation d’énergie des bâtiments et de limiter les gaz à effet de serre.

Réaliser des travaux d’isolation pour réduire la consommation d’énergie

 Parmi les conseils formulés par le rapport d’audit énergétique ou le dossier de DPE, c’est la réalisation des travaux d’isolation ou l’installation du système de chauffage. Parmi les travaux d’isolation, il y a par exemple : l’isolation des murs par l’extérieur ou par l’intérieur, l’isolation du sol, l’isolation des fenêtres à double ou triple vitrage. Mais toutes ces isolations ne sont pas indispensables dans tout type de bâtiments. L’isolation de fenêtres et du toit peut réduire drastiquement la consommation d’énergie dans les bâtiments grâce à la mise en place d’une solution multifonctionnelle. Une bonne isolation thermique permet de réduire le risque de la déperdition énergétique. Pour assurer la santé et le confort des occupants, il existe également la solution ventilation. Cela permet de contrôler la qualité de l’air de vos espaces. Cette solution optimise les consommations d’énergie, assure la santé des occupants tout en réduisant les coûts d’énergie.

Privilégier les énergies renouvelables et l’éclairage basse consommation

 Afin de réduire considérablement les dépenses énergétiques de votre logement, vous pouvez utiliser les énergies renouvelables qui sont actuellement en nette progression. Avec les énergies éolienne, solaire, hydraulique ou géothermique, la consommation d’énergie des bâtiments est en nette régression. Mais il faut disposer d’un bon niveau d’isolation afin de pouvoir tirer profit des énergies renouvelables. L’éclairage fait partie d’une source de dépenses en énergie. Pour réduire la consommation en électricité dans vos bâtiments, il est conseillé de choisir un système d’éclairage qui ne consomme pas beaucoup. Utilisez les ampoules à basse consommation comme les LED pour diminuer vos consommations d’énergie en électricité. Vous pouvez installer un système de contrôle de l’éclairage afin d’agir sur votre consommation électrique. La Solution Smart Building permet également d’optimiser la distribution et la consommation électrique de votre logement et de réduire les coûts de l’énergie et l’empreinte carbone. D’autres solutions sont aussi envisageables comme l’installation de détecteur de présence ou de mouvement, des interrupteurs crépusculaires pour gérer l’allumage et l’extinction des lumières en fonction du rayon de lumière naturelle, des horloges programmables afin de régler des horaires pendant la nuit ou le week-end pendant lequel la température est la plus basse.

La position assise est de loin la position de travail la plus courante pour de nombreuses personnes. On passe la plupart du temps assis au boulot, dans les transports ou chez soi. Cela exige un effort maximal du dos, mais la colonne vertébrale ne peut pas résister longtemps à cette pression unilatérale constante. La tension sur la colonne vertébrale ne se manifeste pas en quelques heures ou jours, mais seulement après quelques semaines ou mois. Il en résulte des dommages irréversibles à la colonne vertébrale. La solution, ce sont les sièges de bureau ergonomiques. Comment reconnaître un siège de bureau ergonomique ?

Quels sont les avantages des sièges de bureau ergonomiques ?

Bien que le travail sédentaire exige moins d’efforts musculaires que le travail physique, il peut entraîner de la fatigue et du stress, ce qui peut affecter la santé et la productivité à long terme des employés de bureau. Le travail sédentaire entraîne une rigidité des muscles du torse, des épaules et du cou, ce qui resserre les vaisseaux sanguins et réduit le flux sanguin vers les muscles actifs. En position assise, le système respiratoire est moins actif, ce qui réduit le rythme cardiaque et le flux sanguin. C’est pourquoi il est si important d’être conscient des risques liés à la position assise, de suivre les meilleures pratiques et d’acheter les bons produits, tels que le siège ergonomique chez navailles. L’importance d’un fauteuil de bureau confortable est souvent négligée. Les meilleures pratiques telles que le réglage de la hauteur de la chaise, une posture assise correcte, un mouvement correct des bras et des jambes, des exercices d’étirement et le réglage de la hauteur et de la position du moniteur doivent être utilisées pour corriger une mauvaise posture.

Quels sont les principes de l’ergonomie pour un siège de bureau ?

Il s’agit essentiellement d’une étude scientifique de la qualité de la vie professionnelle. Il consiste en une méthode dont le but principal est d’analyser des situations réelles de postures au travail. De nombreux facteurs sont pris en considération, tels que l’agencement du lieu de travail, la disposition intérieure, les tâches assignées à chaque employé, les ressources disponibles pour l’équipe et la façon dont l’équipe travaille ensemble. L’objectif de l’analyse est de trouver des solutions pour améliorer les conditions de travail. Il s’agit d’un outil permettant de réduire l’absentéisme dû aux maladies professionnelles. Les plus courants sont les troubles musculosquelettiques tels que la tendinite du poignet et le mal de dos chronique. Ces problèmes affectent particulièrement les travailleurs qui se reposent tout au long de la journée. En particulier, une mauvaise posture peut entraîner des blessures musculaires et articulaires. À long terme, rester assis toute la journée peut conduire à un mauvais environnement de travail. La solution consiste à fournir des lieux de travail ergonomiques à tous les travailleurs. Où est-ce qu’on veut en venir ? Le bien être sur le lieu de travail passe par des assises confortables. L’étape suivante consiste à bien installer ces chaises de bureau ergonomiques.

Quels sont les atouts des sièges ergonomiques sur la santé ?

Les chaises ergonomiques augmentent non seulement le confort, mais aussi l’apparence du bureau. Une large gamme de chaises de bureau est disponible. Les chaises sont le plus souvent recouvertes de cuir noir ou véritable, et tous les modèles sont simples et élégants. Dans les bureaux où les fauteuils en cuir sont fréquemment utilisés, ils s’intègrent naturellement à la décoration intérieure existante. Les chaises en cuir blanc constituent un ajout original et moderne au bureau. Dans la salle d’attente, ces chaises sont parfaitement complétées par fauteuil ergonomique médical. Tous les sièges ergonomiques ont des pieds en métal pour assurer leur stabilité. Les chaises ergonomiques s’adaptent à la posture de l’utilisateur et font en sorte que la colonne vertébrale et le dos soient dans la bonne position et à la bonne hauteur. La position assise ou debout prolongée est nuisible à la santé et affecte la rentabilité. C’est pourquoi le siège ergonomique debout a été inventée. Conformément à son appellation, il s’agit d’un banc ergonomique qui aide à garder le dos droit en faisant travailler les muscles du dos. S’asseoir en position verticale protège le bas du dos et prévient les douleurs lombaires.

Quels sont les conseils pour une posture correcte et un dos droit ?

La posture du dos doit être ajustée de plusieurs façons. Ajustez le réglable en hauteur du dossier de manière à ce que le soutien lombaire soit parfaitement aligné avec le bas de votre dos. Si le fauteuil le permet, repérez soigneusement la profondeur du soutien lombaire. Le dossier doit épouser la forme et la courbe de votre dos. Relâchez ensuite le levier pour libérer la charnière simple du dossier ou la charnière synchrone entre le dossier et l’assise. Ajustez ensuite la force du ressort de rappel. Réglez la tension du dossier de manière à ce qu’il soutienne correctement votre dos sans bouger vers l’avant ou tomber en arrière. Cette position est idéale car elle détend les muscles du dos et vous sentirez immédiatement tout votre corps se détendre. Vous apprécierez l’amélioration de l’apport d’oxygène à votre corps. En plus du soutien du dos, il soutient également les muscles du cou, réduisant ainsi la pression sur le dos.

Un employé de bureau moyen utilise environ 50 kg de papier par an. Cela représente près de 10 000 feuilles de papier A4. Nous pouvons supposer sans risque que la majorité de ce papier commence dans l’imprimante du bureau.

Mais comment s’assurer que vous utilisez la meilleure imprimante professionnelle pour vos besoins ? Il existe une grande variété d’options disponibles, et vous pourriez payer plus cher pour des fonctions dont votre entreprise n’a pas besoin.

Pour commencer votre enquête, vous devez comprendre les spécificités de ce qui est imprimé dans votre bureau. Vous devez également connaître la quantité imprimée, savoir si vous avez besoin de fonctions supplémentaires et connaître le coût des consommables, tels que le toner.

Le choix de la meilleure imprimante professionnelle peut être rapide et facile. Avec un peu d’aide de notre part et une évaluation de la vôtre, nous trouverons rapidement la meilleure imprimante pour votre bureau.

Conseil 1 : évaluez d’abord vos besoins d’impression

Ne commettez pas l’erreur de vous plonger dans un catalogue ou une boutique en ligne avant d’avoir répondu à quelques questions simples. Vous pouvez répondre à ces questions vous-même, mais vous devrez peut-être en parler à plusieurs personnes sur votre lieu de travail pour trouver des réponses qui reflètent précisément les besoins du bureau.

Quels sont les besoins actuels du bureau en matière d’imprimante ?

Il est important de prendre en compte la fonction principale de votre entreprise et la manière dont l’imprimante prend en charge ce service.

Si vous travaillez dans un bureau d’architectes, vous vous intéresserez probablement aux imprimantes grand format et 3D ainsi qu’aux cisailles DAHLE. Ou bien, vous dirigez une petite entreprise de conception graphique ? Dans ce cas, vous voudrez disposer d’une impression couleur précise pour réviser les conceptions imprimées. Cette étape peut immédiatement éliminer de la liste toute une série d’options d’imprimantes, car elles ne seront tout simplement pas adaptées.

Ces besoins vont-ils évoluer à l’avenir ? Si oui, comment ?

Réfléchissez à la façon dont votre organisation peut se développer et changer à l’avenir et comment cela peut affecter vos besoins d’impression. Décidez si la nouvelle machine que vous étudiez actuellement doit répondre à ces exigences ou si vous la mettrez à niveau à l’avenir.

Une fois que vous aurez répondu clairement à ces deux premières questions, il sera plus facile de décider des caractéristiques que doit avoir votre nouvelle imprimante et du montant que vous êtes prêt à dépenser.

Conseil n° 2 : pensez à une imprimante multifonction

Si l’analyse de vos besoins en matière d’impression a montré que votre bureau a besoin d’une machine capable de numériser ou de télécopier, un appareil multifonction pourrait convenir. Les imprimantes multifonctions existent en modèles laser et peuvent inclure un scanner à plat ou à feuilles (idéal pour la numérisation de gros volumes de documents). La plupart des modèles sont également équipés d’une fonction de télécopie.

Une imprimante multifonction équipée d’un scanner est un excellent choix si vous devez numériser des accords signés, des photographies, des notes manuscrites ou si vous avez des besoins de photocopie.

Conseil n° 3 : tenez compte des exigences en matière de gestion du papier

En général, les imprimantes traitent facilement le papier jusqu’au format A4. Si vous avez besoin d’imprimer en format A3, vous devrez examiner les spécifications de l’imprimante. Vérifiez également si vous avez besoin d’imprimer sur du papier plus épais (à grammage plus élevé), des étiquettes ou des enveloppes, et si vous avez besoin de modules supplémentaires pour répondre à différents besoins en matière de gestion du papier. 

Dans un bureau occupé qui imprime de gros volumes, personne n’a le temps de remplir continuellement les réserves de papier de l’imprimante, alors recherchez une machine ayant une capacité de traitement du papier appropriée.

L’impression recto-verso est une fonction utile de l’imprimante qui peut faire gagner du temps et de l’argent à votre bureau. L’impression recto-verso permet à votre bureau d’économiser entre 30 et 50 % des coûts de papier et de réduire vos besoins de stockage. Recherchez un modèle capable de configurer l’impression recto-verso automatique, car l’impression recto-verso manuelle peut être fastidieuse et prendre du temps. L’impression recto-verso peut également réduire les coûts en utilisant moins de papier.

Conseil n° 4 : étudiez les déclarations relatives à la vitesse, à la résolution et aux couleurs

La meilleure façon de comparer les vitesses, les résolutions et les couleurs annoncées par les imprimantes est de se plonger dans les spécifications. Le site Web d’un bon fournisseur d’imprimantes vous permettra de comparer les spécifications côte à côte, ce qui vous permettra d’avoir une bonne vue d’ensemble. Vous pourrez également y vérifier des détails tels que les fonctions de sécurité, les informations relatives à la garantie et le temps d’impression.

Soyez à l’affût des imprimantes fabriquées selon des normes internationales telles que la norme de qualité ISO 9001 et la norme environnementale ISO 14001. Les meilleures imprimantes professionnelles sont également susceptibles d’avoir remporté des prix pour leur conception fiable ou leur respect de l’environnement.

Conseil n° 5 : évaluez l’impression en réseau

Les imprimantes en réseau ou mobiles sont connectées à un groupe d’ordinateurs en même temps. Cette connexion n’a plus besoin d’être physique ; les imprimantes peuvent être connectées sans fil (pensez à l’impression directement à partir d’un téléphone portable !) Une imprimante en réseau est la meilleure option pour répondre efficacement aux besoins de plusieurs employés dans un bureau.

L’inconvénient d’une imprimante en réseau est que plusieurs utilisateurs essayant d’accéder à l’imprimante en même temps peuvent retarder les projets d’impression. Il peut être utile d’envisager d’utiliser plusieurs imprimantes si votre bureau a un volume d’impression élevé.

Conseil n° 6 : pensez aux coûts à long terme

L’achat d’une imprimante professionnelle n’est pas un coût unique ; vous devrez également prendre en compte les dépenses courantes liées au toner KYOCERA ECOSYS M, au papier et à l’entretien. N’oubliez pas qu’il peut être intéressant d’acheter une imprimante plus chère qui répond à vos besoins et dont les coûts permanents sont moins élevés.

Envisagez une technologie d’impression qui intègre des consommables à longue durée de vie et l’un des coûts par impression les plus bas, pour un rapport qualité-prix optimal. 

Conseil n° 7 : économisez de l’argent et des arbres grâce aux fonctions d’économie d’énergie

Les fabricants d’imprimantes ont fait de grands progrès pour réduire la consommation d’électricité de leurs produits.

Les imprimantes Kyocera disposent d’un contrôle optimal de l’alimentation et sont spécialement équipées pour économiser de l’énergie pendant les phases de veille, le mode faible consommation et le mode sommeil. Les imprimantes ECOSYS de Kyocera constituent une solution d’impression qui intègre des consommables à longue durée de vie, ce qui signifie que moins de déchets se retrouvent dans les poubelles de tri sélectif design.

Conseil n°8 : choisissez correctement votre niveau de service

Un programme de services d’impression gérés (MPS) est la solution idéale pour les entreprises qui font régulièrement appel à l’impression et qui ont des besoins d’impression étendus. Certains fournisseurs de MPS jouent un rôle plus dynamique et ne se contentent pas de livrer des consommables et d’organiser la réparation ou le remplacement des appareils en cas de panne. Un bon fournisseur MPS peut également surveiller de manière proactive vos impressions afin de gérer progressivement les machines installées dans votre entreprise, ce qui permet d’obtenir un environnement d’impression plus efficace et plus économique.

L’impression est généralement la troisième dépense la plus importante de l’entreprise après le loyer et les salaires, mais elle est souvent négligée ou calculée uniquement sur la base du prix affiché. 

Possédez-vous un véritable trésor de vieux appareils électroniques ? Si c’est le cas, rassurez-vous, vous n’êtes pas le seul à avoir du mal à vous débarrasser de technologies obsolètes. Pour les personnes qui recyclent, il n’est pas si facile de jeter les appareils électroniques à la poubelle. En effet, ils savent où ils finiront, dans une décharge, avec les ressources et les matériaux précieux qui les ont fabriqués.

La réalité est que la plupart des appareils électroniques peuvent être réparés, rehomologués ou recyclés. Les objets tels que les vieux téléphones portables, massicot électrique les lecteurs mp3 et autres ordinateurs primitifs sont parmi les plus faciles à recycler, et de nombreux magasins d’électronique les acceptent gratuitement. Cependant, le recyclage de certains appareils ménagers comme les purificateurs d’air IDEAL AP 40 pro présente des difficultés supplémentaires, surtout à l’ère du COVID-19. Par conséquent, leur élimination responsable nécessitera probablement un petit effort supplémentaire de votre part.

Vous êtes prêt à faire le ménage dans votre stock d’appareils électroniques ? Continuez à lire pour apprendre pourquoi le recyclage des appareils électroniques comme les purificateurs d’air est si important et comment vous pouvez le faire de la bonne façon.

Chez AIR-PURIFICATEUR voulons créer le moins de déchets possible. C’est pourquoi nous fabriquons des purificateurs d’air de haute qualité, conçus pour durer, avec des pièces remplaçables et des garanties à vie. Vous avez des questions ? Contactez-nous en ligne.

Pourquoi recycler les appareils électroniques

La consommation, notamment d’appareils électroniques, est un passe-temps mondial. Même en 2013, avant que les produits électroniques intelligents ne deviennent des nécessités omniprésentes, le ménage moyen utilisait environ 28 produits électroniques tels que des ordinateurs personnels, des téléphones portables, des téléviseurs et des lecteurs électroniques. Dans le sillage de la pandémie de COVID-19, la popularité de la technologie domestique, y compris les appareils domestiques intelligents, les consoles de jeux vidéo et les purificateurs d’air, a bondi.

Aussi éloignés que ces deux éléments puissent paraître, il existe une corrélation directe entre l’achat d’un nouvel ordinateur portable et l’augmentation des émissions de gaz à effet de serre. Ce n’est pas dramatique, c’est juste un fait. De nombreux produits électroniques de haute technologie contiennent du pétrole, du fer, de l’or, du palladium, du platine, du cuivre et d’autres éléments essentiels qui doivent être extraits, transportés et traités. Ces processus nécessitent d’énormes quantités d’énergie et de ressources.

Les décharges modernes sont conçues pour recevoir des types de déchets spécifiques, notamment les déchets municipaux, les débris de construction et les déchets dangereux. Une fois les déchets acheminés vers une décharge pour y être éliminés, ils sont recouverts afin d’éviter que les déchets dangereux ne se répandent dans l’environnement. Par conséquent, les métaux précieux et autres matériaux électroniques qui sont envoyés dans les décharges ne peuvent jamais être récupérés et réutilisés ; ils sont définitivement coupés de toute réintroduction dans l’environnement. Il s’agit d’une perte massive, non seulement parce que c’est un gaspillage, mais aussi parce que ces matériaux sont des ressources limitées.

Recyclage des purificateurs d’air

Le recyclage d’un téléphone portable est une opération relativement simple ; la plupart des chaînes de magasins d’électronique ont des programmes de recyclage qui acceptent volontiers le don.Vous pouvez tout simplement dans une bac de tri sélectif. Votre purificateur d’air, en revanche, peut être plus difficile à recycler.

Alors qu’un téléphone portable ne représente pas une grande menace pour le recycleur, les purificateurs d’air peuvent contenir des polluants qu’ils ont accumulés au fil du temps. C’est pourquoi de nombreuses entreprises de recyclage les classent (avec les appareils électroniques comme les climatiseurs de fenêtre) parmi les appareils ménagers dangereux. Toutefois, cela ne signifie pas que vous êtes à court d’options.

Où recycler les purificateurs d’air

Pour trouver un recycleur pour votre purificateur d’air, vous devrez probablement passer quelques coups de fil. La première chose à faire est d’appeler votre service d’assainissement local pour voir s’il peut vous orienter dans la bonne direction. Si cela ne donne aucun résultat, explorez les options suivantes :

Compte tenu de la quantité de déchets à traiter, il existe une forte demande pour les entreprises de recyclage spécialisées. De nouvelles entreprises sont des ressources fantastiques pour se débarrasser d’articles difficiles à recycler.

Certains parcs à ferraille. Certains parcs à ferraille décomposent les produits et les appareils selon les normes d’élimination de l’EPA. Appelez votre ferrailleur local pour voir ce qu’il peut faire des purificateurs d’air ou s’il a des suggestions à faire.

Si vous ne trouvez pas d’endroit qui décompose et recycle votre purificateur d’air, n’abandonnez pas. Le recyclage n’est pas le seul moyen d’éviter que votre purificateur d’air ne se retrouve dans une décharge. Vous pouvez également donner votre purificateur d’air à quelqu’un d’autre. Bien que les centres de dons d’appareils électroménagers puissent hésiter à accepter les purificateurs d’air usagés pendant la pandémie de COVID-19, vous pouvez le donner directement à quelqu’un s’il en accepte les risques.

Moyens de réduire les déchets électroniques

Le recyclage n’est qu’un moyen parmi d’autres de réduire les déchets, et il n’est pas parfait. Bien qu’il consomme beaucoup moins d’énergie que l’approvisionnement en matériaux et la fabrication de nouveaux produits, le recyclage nécessite tout de même une énergie importante, dont la quantité varie en fonction du matériau. Ces conseils vous aideront à éviter d’avoir à recycler un produit en premier lieu :

Achetez avec intention. Prenez l’habitude de vous demander combien de temps vous avez l’intention de conserver l’article que vous souhaitez acheter et comment vous allez vous en débarrasser lorsque vous n’en aurez plus besoin. Si vous n’avez pas l’intention de le garder longtemps et que vous ne savez pas comment vous en débarrasser, vous devriez peut-être reconsidérer l’achat.

Réparez plutôt que remplacez. Engagez-vous à essayer de réparer un appareil lorsqu’il tombe en panne au lieu de le classer dans la catégorie des déchets. Il est plus durable de commander une pièce de rechange que d’acheter un appareil entièrement neuf.

Privilégiez les produits modifiables. N’achetez pas d’appareils électroniques conçus pour devenir obsolètes dès la sortie d’un nouveau modèle. Trouvez des alternatives qui permettent des modifications, des mises à niveau et des mises à jour.

Réutiliser/remettre à neuf/réutiliser.

Vous ne voulez peut-être plus d’un appareil électronique particulier, mais cela ne veut pas dire que personne n’en veut. Demandez à vos amis et à votre famille s’ils pourraient en profiter ou trouvez un endroit pour en faire don.

Comprenez l’impact environnemental. L’ignorance des réalités du changement climatique et de la dégradation de l’environnement n’est pas une excuse valable pour les personnes disposant d’Internet. Vous avez la responsabilité d’apprendre comment vos choix de consommation affectent la planète.

Le recyclage n’est pas le seul moyen de protéger l’environnement ; faire des choix de consommation intelligents est également très utile. Lorsque vous recherchez un purificateur d’air durable, veillez à acheter auprès d’une entreprise respectueuse de l’environnement qui propose des pièces de rechange et des garanties à vie.

Purificateurs d’air IDEAL

Chez AIR-PURICATEUR, nous sommes fiers de fabriquer des purificateurs d’air de qualité supérieure. Cependant, cela ne signifie pas que nos purificateurs ne rencontrent jamais de problèmes. Pour limiter le gaspillage et éviter l’obsolescence, nous permettons à nos clients de commander facilement des pièces de rechange sur notre site Web. 

Vous avez sans doute l’habitude de profiter de votre smartphone pour effectuer des appels personnels ou professionnels. Il existe une alternative moderne pour la transmission des messages, de la voix et même des vidéos. La solution de téléphonie d’IP est une technologie de communication réalisable via le réseau mondial Internet. Beaucoup de personnes l’utilisent actuellement sans se rendre compte des possibilités qu’elle pourrait apporter dans les entreprises. 

La réduction des charges téléphoniques

Côté installation, la solution de téléphonie d’IP est peu onéreuse. En effet, vous pouvez faire une croix là-dessus. Vous n’avez plus besoin de nouvelle infrastructure. Elle utilise le câblage du réseau Internet dans votre local. Seule la mise en route de l’ensemble du système, requiert l’intervention d’un technicien compétent en matière d’IP.

La téléphonie IP est économique pour n’importe quelle entreprise. Elle n’a pas besoin d’encombrer la bande passante. Chaque société peut constituer son propre réseau de télécommunication. La liaison entre les sites est ainsi effectuée sans se soucier de la distance qui les sépare. Vous n’avez qu’une facture unique à payer : celle de la connexion internet. Toutes les communications entrantes et sortantes du réseau sont gratuites. Pour avoir plus d’informations à ce sujet, suivez ce lien : idelio.net

Avec le téléphone classique, vous êtes facturé selon le temps d’appel et le volume de données que vous partagez. La téléphonie IP vous réserve de nombreux avantages financiers. Vous pouvez effectuer des appels internationaux et organiser des conférences vidéo sans craindre une augmentation du prix de la communication.

Cette opportunité d’améliorer votre technique de correspondance en ligne peut être bénéfique pour votre société. Vous investirez les anciens frais de communication traditionnelle pour accroître votre visibilité.

Une gestion simplifiée de la téléphonie

La solution de téléphonie IP aide à mieux gérer votre entreprise. Toutes les activités en relation avec la communication ne souffrent plus de blocage financier. Le dirigeant peut orienter toutes ses stratégies de développement dans la téléphonie IP.

Chaque service et chaque utilisateur ont l’occasion de garder leur numéro. L’identification devient plus aisée. En cas de déplacement ou de changement de bureau, tous les numéros de téléphone peuvent être conservés. Tant que vous travaillez sous le même réseau, aucune intervention n’est utile. Les techniciens en informatique ont peu de problèmes à résoudre.

La téléphonie IP est facile à gérer. Avec la technologie VoIP, les données informatiques et la communication vocale sont administrées par un réseau unique. Les maintenances systématiques ne servent que pour vérifier la qualité de service. De plus, il s’agit d’un dispositif qui marquera l’avenir des entreprises. Son développement rapide transporte ces dernières vers une nouvelle ère de transmission numérique.

Miser sur l’IP est une très bonne idée. Son évolution est inéluctable et d’ici quelques années, la téléphonie IP tiendra une place très importante dans la communication d’entreprise. 

Des fonctionnalités performantes

Le plus grand intérêt de la solution de téléphonie d’IP est sa flexibilité. Elle s’adapte à tous les utilisateurs dans le monde entier. Tant que la connexion internet existe, elle peut s’immiscer et promouvoir votre entreprise. Son évolutivité vous permet d’accéder à d’autres postes supplémentaires. Vous pouvez ainsi agrandir votre réseau et tirer profit d’un plus grand service.

L’IP dispose de fonctionnalités très intéressantes. Durant une séance téléphonique, vous avez l’occasion de numériser les données reçues. Les enregistrements sont permis. Vous avez toute une liste de statistiques vous révélant vos actions du jour ou de la semaine. L’archivage des informations devient accessible à tous. Avec cette méthode de communication récente, les interactions sont plus souples. En travaillant sur votre ordinateur, l’IP vous fournira des affichages complémentaires.

La téléphonie IP vous réserve des appels VoIP de très haute qualité. Elle est l’instrument qui changera vos pratiques. Vos appels vidéo seront de qualité supérieure au réseau classique. La distance qui vous sépare de votre interlocuteur ne change pas le statut de votre appel.

Afin de freiner la circulation du virus, le port du masque en entreprise était devenu obligatoire jusqu’à ce lundi 14 mars. Cependant, nous ne sommes pas à l’abri d’un retournement de situation, alors comment devez-vous assurer la mise en place de cette mesure dans votre entreprise ? Existe-t-il des dérogations à cette règle ? Quel masque choisir ? De plus, avec la quantité de masques jetés chaque minute, il était devenu urgent de trouver une solution de recyclage pour ces derniers, quelle est-elle ? Focus.

 

A partir du 14 mars 2022, le port du masque n’est plus obligatoire dans les lieux clos (entreprises, administrations et magasins par exemple), sauf dans les transports collectifs et les établissements de santé.

Le port du masque demeure toutefois recommandé pour les personnes positives, les cas contacts à risque et les personnes symptomatiques.

Le port du masque en entreprise a été décidé par le Gouvernement à la suite de l’avis rendu par le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) recommandant le port du masque dans les lieux collectifs clos.

L’objectif de cette mesure est d’éviter un rebond de l’épidémie en protégeant la santé de chacun sur son lieu de travail, mais aussi de ses proches une fois rentré à son domicile.

Une fois usagé, les masques doivent être déposés dans la poubelle tri sélectif prévue à cet effet pour être ensuite recyclés et afin d’éviter qu’ils ne se retrouvent dans l’estomac des baleines…

 

Dans quelles situations le port du masque est-il systématique ?

Au sein  d’une organisation, le port du masque est systématique dans les lieux clos réunissant plusieurs personnes.

 

Lieux concernés par le port du masque systématique

·         Open space

·         Salle de réunion

·         Espace de circulation

·         Lieu de restauration collective

·         Vestiaire

 

En revanche,  les salariés disposant d’un bureau individuel ne sont pas tenus de porter un masque quand ils y sont seuls

De même, les collaborateurs travaillant en extérieur sont exempt de masque, sauf si le travail conduit à un regroupement et qu’il est impossible de respecter une distance d’au moins deux mètres entre chaque salarié, le port du masque est nécessaire.

Quant à ceux qui travaillent en atelier, amenés à effectuer des efforts physiques intenses, là encore ils sont dispensés du port du masque si les conditions de ventilation et d’aération sont conformes à la réglementation et si lnombre de personnes présentes dans la zone de travail est limité et elles sont espacées d’au moins deux mètres

 

Doit-on accompagner le port du masque d’autres mesures de prévention ?

Le port du masque doit être associé au respect d’une distance physique d’au moins un mètre entre les salariés et complété par une hygiène des mains régulière, ainsi qu’au nettoyage, à l’aération et la ventilation des locaux.

Masque au travail : comment le choisir ?

Afin de prévenir le risque d’infection au Coronavirus Covid-19 dans votre entreprise, vous pouvez utiliser deux types de masques : chirurgical, ou le masque grand public qui assure une filtration supérieure à 90 %, dit de catégorie 1.

Pour identifier les masques grand public de catégorie 1, il faut vérifier la présence de logos sur leur emballage ou leur notice car pour être efficace, le masque couvre à la fois le nez, la bouche et le menton et son port doit être associé au respect de l’ensemble des gestes barrières.

 

Masques usagés : certains ont eu l’idée de les recycler en fournitures scolaires !

3,4 milliards de masques chirurgicaux sont jetés chaque jour dans le monde.

En France, aucune filière n’é encore été créée pour les recycler. Cependant, dans la Vienne, une entreprise a eu l’idée de les transformer en matériel scolaire.

En fin d’année 2020, l’initiative est né d’un conseiller municipal dans le Morbihan, agacé de voir des masques traîner et jetés sur la voie publique, dans les parcs, les plages…au lieu d’être déposé dans une poubelle tri sélectif afin d’être recyclé ensuite.

« Dès le début de l’épidémie, il manquait un maillon dans la chaîne », dit-il : le recyclage.

Donner une deuxième vie à ces dispositifs de protection contre le Covid-19, en voilà une excellente initiative…

Les masques usagés se réincarnent en kits de géométrie, en supports pour téléphones…

 « Quand on a vu arriver les masques, on s’est dit que c’était de la folie d’en mettre dans les mains du grand public sans avoir de solution pour les gérer après. »

Effectivement, ce n’est pas moins de 3,4 milliards de masques chirurgicaux qui sont jetés chaque jour dans le monde alors qu’ils mettent des centaines d’années à se décomposer…

Ø  Le polypropylène, issu du pétrole et dont ils sont composés à 90 %, met en moyenne 400 ans à se dégrader

 

680 euros pour recycler 10 000 masques !

tri

Une fois les masques récupérés dans la poubelle tri sélectif prévue à cet effet, les masques passent dix jours en décontamination naturelle dans les locaux des services techniques.

Ensuite, ils sont acheminés dans un Esat (Établissement et service d’aide par le travail), où la barrette en métal, qui ne se recycle pas, est séparée du reste.

Puis les masques ainsi préparés sont envoyés à une société extérieure afin d’être broyés et passés aux UV désinfectants pour ensuite être mélangés avec du polypropylène afin de faire des billes, puis dernière étape, direction la presse à injection. 

 

En recyclant 10 000 masques, la commune reçoit 400 règles, rapporteurs, ou équerres. 

Dans son avis rendu le 12 novembre 2020, le Haut conseil à la santé publique recommande d’« évaluer le bénéfice environnemental du recyclage des masques par rapport à l’élimination dans les déchets telle que pratiquée actuellement, compte tenu des opérations logistiques qui seraient nécessaires ».

Si ces études sont concluantes, il conseille « de favoriser des expérimentations visant la mise en place d’une filière de valorisation de ces masques portés en population générale et éventuellement par les professionnels de santé ».

L’Assemblée nationale, dans une réponse du 10 novembre 2020, rappelle que « le recyclage des plastiques est un enjeu majeur de la loi du 10 février 2020 relative à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire » et que « les initiatives [de ces] entreprises méritent d’être encouragées ». Pourtant elle indique qu’« à ce stade, le gouvernement n’envisage pas de créer de filière de traitement ad hoc pour ces déchets », estimant que « le gisement de plastique considéré est relativement faible par rapport à la quantité totale de produits en plastique mis sur le marché ».

Les masques représentaient 40 000 tonnes de déchets non recyclés par an en France en 2020….

En France, une poignée d’entreprises se sont positionnées sur ce secteur. Mais aucune filière nationale de recyclage des masques n’a émergé…

Pour rendre l’attente du bus plus agréable, il faut offrir aux passagers un endroit où ils peuvent s’abriter du vent, du froid et de la pluie. Pour y parvenir, l’installation d’abribus semble être l’une des meilleures solutions. Vous êtes donc invité à trouver des abris de bus sur mesure auprès d’un spécialiste. Ces quelques lignes vous éclaireront mieux sur ce sujet.

Les abris de bus : modèles en bois ou en acier ?

Les mobiliers urbains, comme les abris de bus, peuvent avoir plusieurs fonctions. Tout d’abord, ils font partie des lieux où les passagers ont la chance d’attendre leur bus confortablement. Par la suite, ils peuvent également être l’objet d’ornement d’une communauté qu’elle soit urbaine ou rurale. Connaissant leur importance, le choix de vos abribus doit se faire de la manière la plus propre. Vous devez donc trouver le modèle qui correspond à votre commune et à ses habitants. Par exemple, les abris de bus en bois sont idéaux pour une communauté rurale car ils offrent un aspect rustique très intéressant. Cependant, les modèles en bois peuvent aussi être adaptés aux arrêts urbains. Au cas où vous hésiteriez, les abris de bus en acier sont connus pour être standards. Où que vous soyez, les modèles en acier font sans aucun doute partie des meilleurs choix.

Comment choisir la taille de vos abris de bus ?

Si vous voulez faire plaisir aux personnes qui attendent le bus au quotidien, vous devez prendre en compte la taille de vos abris de bus. Ainsi, pour un abri de bus avec beaucoup de passagers, vous devez opter pour un modèle ayant une longueur d’au moins 5m. Quant à sa profondeur, elle doit mesurer entre 130 et 150 cm. Pour ce qui est de la hauteur de vos abris de bus les plus fréquentés, elle doit être comprise entre 220 cm et 240 cm.

Comment acheter un abribus : quel est le modèle idéal ?

En matière d’abris de bus, il n’existe pas de modèle parfait. Tout dépend de vos goûts. Ce qui est sûr, c’est que le marché propose différents modèles parmi lesquels vous trouverez sûrement ceux qui répondent à vos besoins. Pour les abris de bus en bois, vous pouvez opter pour un modèle avec ou sans fenêtres. Sinon, si vous recherchez plus de style, vous avez la possibilité de trouver sur certains sites de vente un abri province, un abri Milan ou encore un abri voûte.

Plan du site